Être rappelé Trouver des marchés
Haut de page
Accueil / Actualités / Catherine Heinz, Batigère : “la Charte de la Commande Publique nous permet de grandir”

Catherine Heinz, Batigère : “la Charte de la Commande Publique nous permet de grandir”

Bailleurs sociaux Bonnes pratiques Charte Régionale de la Commande Publique Région Grand Est

Elle a participé à l’élaboration de la Charte Régionale de la Commande Publique et en est une des premières signataires : Catherine Heinz, Responsable Achats chez Batigère, nous explique son engagement.

Vous avez été investie dans l’élaboration de la Charte dès la première heure, pour quelle raison avez-vous souhaité vous mobiliser ?

J’ai en effet fait partie du comité de rédaction de la Charte, car chez Batigère nous avons toujours œuvré pour des achats responsables : l’accompagnement de nos fournisseurs, qui sont de véritables partenaires, est une approche que nous pratiquons systématiquement. Nous avons besoin d’eux, il est donc normal et pertinent de favoriser des relations pérennes et constructives. De plus, la Charte entre parfaitement en résonance avec les axes stratégiques de Batigère ainsi qu’avec nos enjeux de de dialogue, de valorisation et de fidélisation. 

C’est donc tout naturellement que j’ai souhaité m’investir dans la rédaction de la Charte, sur le volet dédié à la transparence et à l’ouverture des marchés publics. En effet, nous avons mis en place chez Batigère un certain nombre d’actions, que nous souhaitions pouvoir partager avec d’autres acheteurs.

De gauche à droite :
Catherine Heinz (Responsable Achats chez Batigère),
Astrid Bassan (Responsable du Service Commun de la Commande Publique et des Assurances à la CA Thionville Portes de France),
A droite :
Hervé Formell (Chef du service Appui aux politiques d’achats à la Région Grand Est)

Lors du salon URBEST, de quelle manière avez-vous témoigné sur votre engagement ?

Il s’agissait en premier lieu de faire comprendre aux autres acheteurs que la Charte n’était pas un énième document et que son destin n’était pas de rester au fond d’un tiroir. En effet, le côté innovant de la Charte réside d’une part dans le fait qu’elle a été co-construite avec d’autres acheteurs, et d’autre part, les actions que nous avons mises en œuvre sont suivies par le biais d’indicateurs, avec un réel accompagnement par l’équipe du pôle Commande Publique Grand Est de Grand E-Nov+. De plus, le Réseau a un rôle fédérateur : il permet aux acheteurs publics de se rencontrer, et il anime ces échanges, ce qui fait vivre la Charte.

C’est donc sur ces points que j’ai pu témoigner, et sur l’expérience de Batigère dans le domaine. L’objectif est d’inviter les acheteurs à rejoindre cette communauté enrichissante et bienveillante, afin de mieux se structurer et de grandir. 

Que diriez-vous à un acheteur qui serait frileux à l’idée de signer la Charte ?

Ce qui est important, c’est de savoir que la signature de la Charte n’implique en aucun cas d’appliquer tous ses engagements : chacun peut aller vers le sujet qui l’intéresse et qu’il peut mettre en œuvre et mesurer grâce à un plan d’actions concret. Quel que soit le niveau de maturité de l’acheteur ou sa taille, il est donc possible d’adhérer à la Charte.

L’acheteur n’est par ailleurs jamais seul dans sa démarche : les retours d’expérience et l’accompagnement sont des leviers forts pour l’aider à s’approprier la Charte. Cela lui permet en outre de se structurer, d’optimiser son service achats, et donc de s’inscrire dans une démarche d’amélioration continue.

Enfin, je pense qu’il s’agit aussi d’une véritable prise de conscience de la responsabilité sociétale de chacun : un acheteur qui est à l’écoute de ses fournisseurs leur permet de mieux valoriser leur expertise, surtout les TPE, qui peuvent être efficacement ciblées grâce à l’allotissement.

PARTAGER SUR

Les actualités qui pourraient vous intéresser

Voir toutes les actualités

À lire également